Le dimanche 9 mars 2003, les membres du comité de quartier ont distribué un formulaire d’étude d’opinion auprès des habitants de l’avenue des Combattants (exemplaire en annexe) en effectuant du porte-à-porte. Ils ont reçu un excellent accueil. Les différents foyers concernés (près de 220 familles) ont disposé d’une semaine pour répondre au questionnaire.

Sur les 220 bulletins distribués, pas moins de 95 ont été complétés et le plus souvent accompagnés de notes, commentaires, remarques et suggestions, ce qui représente un taux de réponse de 43,19 %, soit un taux de retour tout à fait appréciable.

Rappelons que le but n’était pas de rassembler un maximum de signatures – les questionnaires étaient limités à un exemplaire par foyer – mais de réaliser une enquête qualitative pour dégager les tendances générales et pour glaner l’état d’esprit, remarques, suggestions et observations qui permettront certainement de nourrir la réflexion des autorités communales. L’ensemble de ces commentaires a été retranscrit, en version intégrale, et figure en annexe.

Le taux de réponse est d’autant plus remarquable au regard des contraintes imposées aux participants :

  • Il y avait six pages à lire, dont trois à compléter;
  • Il fallait déposer les questionnaires remplis chez les membres du comité de quartier;
  • Les participants devaient enfin laisser leurs nom et coordonnées;

L’enquête est représentative de l’état d’esprit dans l’ensemble de l’avenue. La répartition des réponses est bien proportionnée sur les différents tronçons de l’avenue, comme en atteste le tableau ci-dessous.

L’avenue des Combattants est très longue et présente un visage contrasté, avec certaines parties sinueuses, d’autres en droite ligne, certaines en pente, d’autres en terrain plat, parfois larges, parfois très étroites. L’examen des remarques et commentaires des habitants permet de dégager des problèmes plus spécifiques, voire localisés. Un exemple : si l’éclairage public ne représente pas un problème majeur pour l’ensemble de la rue (ils ne sont que 37% à le trouver négligé contre 28% de  » non  » et 35% de  » sans avis « ), il apparaît qu’il y a un problème à hauteur du vétérinaire. De fait, il n’y a plus d’éclairage public près des n° 173-177.

La réalité subjective ne correspond pas toujours à la réalité objective. Ainsi parmi les participants à l’enquête, 14% estiment que les trottoirs sont en bon état (contre 71% qui les trouvent en mauvais état et 15% restent sans avis). Il est vrai que certains ont été épargnés, mais nombre d’entre eux ont réellement souffert: dalles brisées, dalles enfoncées, bordures cassées, ce qui peut provoquer des chutes.

Les avis sont partagés sur certaines questions et l’examen des commentaires permet de mieux en comprendre la raison. Un exemple : celui de la piste cyclable. Ils sont 36% à la demander, 37% à la refuser et 27% à être sans avis. Alors que certains la réclament, d’autres doutent de sa faisabilité en tenant compte de la morphologie actuelle de l’avenue, parce que la largeur de la chaussée ne le permettrait pas. En revanche, si un sens unique était réalisé, tout deviendrait alors possible.

En résumé, nous nous permettons de souligner :

  • Le taux de participation excellent ;
  • Les avis représentatifs des différents problèmes de l’avenue ;
  • Le comité de quartier légitimé dans son action par la participation importante des habitants à cette enquête;
  • Les habitants impliqués : ils décrivent des problèmes précis et avancent des éléments de solution mûrement réfléchis. Ils ne demandent pas la lune;;
  • Les habitants mobilisés. Nombre de ceux qui n’ont pas eu l’occasion de répondre par écrit nous ont souvent fait part oralement de leur soutien lors de la distribution du sondage;
  • Les habitants sont déterminés, car ils vivent dans un climat d’insécurité permanent, lié à la vitesse excessive des voitures et au manque de protection des piétons. Ils en ont assez ;
  • Les habitants sont impatients, parce que la commune tarde à apporter des solutions aux problèmes de l’avenue
Publicités